Note technique par pays sur les populations autochtones - République du Niger

Number of pages: 172
Publication language: French French
Country publication is about: Niger, Níger
Region publication is about: Africa; Afrique
Release year: 2013
Release month / day: Feb-01

Tags: Human rights

La République du Niger a une population multi-ethnique, parmi laquelle, les Touareg, les Peulh et les Toubou s‘auto-identifient comme autochtones. La notion de peuples autochtones n‘est pas reconnue au Niger mais ces trois groupes ethniques emploient le concept « autochtone » dans son sens moderne analytique dans une tentative d‘attirer l‘attention sur les formes particulières de discrimination systématique dont ils font l‘objet – non seulement en tant qu‘individus mais aussi en tant que groupes ou peuples et d‘y remédier dans un pays où les populations sédentaires agriculteurs constituent une majorité dominante. Ils estiment que l‘incapacité de faire reconnaitre leurs droits fondamentaux, en particulier l‘accès à la terre et aux ressources naturelles, constitue une menace contre leur survie économique, sociale et culturelle.

Les Touareg, les Toubou et les (Peuhl) Wodaabe vivent dans les zones sèches et agropastorales du pays. Ils sont traditionnellement nomades et élèvent des chameaux, des bovins, et du petit bétail (caprins et ovins), se déplaçant selon la disponibilité d‘aires de pâturages et de points d‘abreuvement. Les Peulh et un grand nombre de Touareg sont des pasteurs semi-nomades et pratiquent la transhumance, menant leur cheptel vers le nord ou au-delà des frontières pendant la saison pluvieuse et revenant à leur terroirs d‘attache quand les champs ont été récoltés et les animaux peuvent s‘alimenter des résidus agricoles (p.ex., les chaumes).
 
De même que d‘autres pasteurs nomades et semi-nomades, les Touareg, les Peulh et les Toubou sont connus pour leur extraordinaire aptitude à s‘adapter à des environnements hyperarides et arides et de savoir réagir aux variations climatiques, aux changements saisonniers et à la sécheresse. La mobilité qui permet d‘accéder aux aires de pâturage et aux points d‘abreuvement est une condition indispensable. Ces pasteurs ont développé un savoir autochtone remarquable sur leur environnement et sur le bien-être et la santé de leurs animaux. Le cheptel constitue également une part importante de leur statut, leur culture et leur vision du monde.
 
La situation actuelle des pasteurs est caractérisée par des niveaux de pauvreté élevés. Leur cheptel a été décimé par des périodes de sévère sécheresse. Beaucoup d‘entre eux ne sont plus propriétaires des cheptels qu‘ils gardent. D‘autres ont diversifié leurs activités ou ne pratiquent plus le pastoralisme, se tournant au lieu vers l‘agriculture ou un travail salarié. Un grand nombre d‘eux ont migré vers les agglomérations urbaines ou même vers l‘étranger, en quête de travail. La situation des Touareg dans le nord du pays est particulièrement difficile due aux rebellions survenues en 1990 et 2007 et aux problèmes sécuritaires actuels dans toute la région d‘Agadez. Tous ces changements ont également grandement influencé la situation des femmes des communautés pastorales.
Download publication

STAY CONNECTED

About IWGIA

IWGIA - International Work Group for Indigenous Affairs - is a global human rights organisation dedicated to promoting, protecting and defending indigenous peoples’ rights. Read more.

Indigenous World

IWGIA's global report, the Indigenous World, provides an update of the current situation for indigenous peoples worldwide. Read The Indigenous World.

Contact IWGIA

Prinsessegade 29 B, 3rd floor
DK 1422 Copenhagen
Denmark
Phone: (+45) 53 73 28 30
E-mail: iwgia@iwgia.org
CVR: 81294410

Report possible misconduct, fraud, or corruption

NOTE! This site uses cookies and similar technologies.

If you do not change browser settings, you agree to it. Learn more

I understand